L'Autre Côté
Hey Salut =)
Certaines catégories que tu voit ici ne sont pas accessibles pour un invité.
Tu peux poster dans Demandes et Suggestions alors n'hésite pas Wink .
Rejoins-nous vite !

Toute l'équipe administrative te souhaite de passer un bon moment !!!


L'apocalypse est présente, elle nous pèse et nous menace... Seuls les élus sauront ce qui se cache sous le nom de l'Autre Côté
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Pour réactiver vos comptes : Clique ICI

Partagez | 
 

 Petit tour trempé [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gekkou satsubatsu
Loup-garou


Messages : 86
Date d'inscription : 29/08/2010

Feuille de personnage
Race :: Loup-garou
Items:
Avertissement:
0/3  (0/3)

MessageSujet: Petit tour trempé [Libre]   Jeu 2 Sep - 7:15

Gekkou suivait le chemin sur le bord de la plage. Le bitume brûlait ses pieds nu. Le soleil avait tappé toute la journée et celui ci déclinait le long du ciel à présent Indigo.
Gekkou remarqua qu'à force d'avoir eu la tête penché sur ses pieds endoloris, sa nuque lui faisait mal. Décidant de la relever pour la dégourdir, elle aperçus la plage, la mer.
La plage semblait être un tapis d'or scintillant. La mer commençais à dévorer le soleil, à l'attirer dans ces profondeurs. Les vaguelettes étincelaient, comme si des millions de fées s'étaient rassembler pour faire un tour dans les vague. La mer reflétait le soleil flamboyant. L'avalant goulûment.
Un dauphin sauta au loin. Une. Deux fois, puis il disparut. Quelques minutes plus tard, Gekkou ne vit pas la jeune fille en maillot de bain sortir de l'eau, cachée derrière des rocher. Non, Gekkou s'avançait vers l'étandue bleu crystaline, et le feu du soleil. Le sable chaud passa entre ces doigts de pieds, la faisant frissoner de froid.
Une douce brise se leva, levant sa courte robe japonaise. Elle n'en avait rien à faire, elle était à la plage, devant le plus beau tableau de la nature.
L'odeur du sel entra dans ses narines, la chaleur de la fin d'été la berça. Elle s'approchais de plus en plus, jusqu'à ce que ses pieds se retrouvèrent dans l'eau.
Frissonante de froid, elle se sentit toute petite devant l'étendue de l'océan.
Elle avançait encore, encore un peu, puis ses pieds se prirents dans une algue.

-KKKYYYYAAAAAAAAAAAAAAAAAA!

!!!!!!PLOUF!!!!!!

Elle regagna la plage à l'aide des vagues qui la poussèrent et à quatres pattes pour les derniers deux mètres.
Le cheveux collant pleins de sables, la george sèche pleine de sel, sa robe décorée de belles algues kakis, vertes.
Le tableau n'avait plus rien de majestueux. Juste comique et honteux.
Une voix s'éleva, proche.
Gekkou entendais déjà le rire franchir les lèvres de la personnes à quelques mètres d'elle...

_.~°.~°.~°.~°.~°.~°~.°~.°~.°~.°~.°~._
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anaëlle Sircayen
Serviteur du rêve noir


Messages : 33
Date d'inscription : 24/07/2010
Age : 22

Feuille de personnage
Race :: Loup-garou
Items:
Avertissement:
0/3  (0/3)

MessageSujet: Re: Petit tour trempé [Libre]   Ven 1 Oct - 4:09

Kiyoi, Kiyoi, Kiyoi... La petite ville n'avait pas changé. Toujours aussi belle, toujours aussi parfaite. En cette saison, les fleurs que les habitent exposaient royalement à leur balcon commençaient à sombrer, passant de leur arc-en-ciel botanique en un délavage organique. C'était ainsi que je l'aimais cette ville.
D'une uatre face. La décadence... Le moment où l'on peut se rendre compte qu'elle ne sera pas éternellement magnifique, ne serait-ce que grâce aux fleurs. Leur odeur emplit l'air si fortement, qu'en marchant je ne faisais que de froncer le nez. Trop de pollen, beurk. Franchement ? J'étouffais. L'Autre-Côté me manquais encore plus que la viande sauvage, non traitée et vidée de son sang comme sur Terre. Le Soleil frappait sur le sol en revoyant ses rayons tel un mirroir de mauvaise qualité, et en moins d'une heure sans une bonne crème solaire, j'aurais grillé sur place. Et puis je ne vois rien. L'Astre de Lumière innonde mes pupilles scrutratrices à chaque fois que je lève le bout du nez. Quelle horreur cette forme humaine. C'est précisemment en jetant un regard meurtrier à un passant, que j'ai eu une illumination. Ledit type, baissait trop les yeux sur mes jambes, mais enfin bref. Quel endroit dans Kiyoi était désert, si l'on savait l'atteindre ? Ricanement évident. La crique. En longeant la plage et en la dépassant d'une bonne dizaine de kilomètres, on pouvait accéder à une falaise. Du moins en apparence.Elle se felait en son centre pour laisser apparaître une plage aux airs immenses et bordée de rochers anguleux. De plus, l'eau y était toujours extraodinairement chaude. J'ai emprunté l'avenue principale (principalement petite) et j'ai pris le bud en direction de la première ville en dehors de Kiyoi : Takada. Exactement comme le clan Takada, dont le dernier héritier avait formé le fondateur de l'Aikido. C'était bien vieux tout cela.
Takada était si proche de Kiyoi, qu'on pouvait presque la considérer comme une extension de la petite commune. 3 Kilomètres d'intervale je crois ? J'étais assisse confortablement au fond du véhicule, mais je ne pouvais que lorgner sur les passagers. Plusieurs transpiraient en exaltant une odeur exquise d'être vivant. De chair... La grosse dame assise en face de moi, par exemple, écarquillait les yeux en se pétrifiant à chaque fois que je bougeais. N'avais-je pourtant pas mis ces foutues lentilles de contact noires ?
Dans les soubressauts du bus, je lui souriais calmement en bayant. Pourquoi était-elle terorrisée ? Sous cette forme, j'étais tout à fait charmante ! Elle fit alors ce dont je ne m'attendais pas le moins du monde : elle me rendis mon sourire. Le mien se fâna. Charmante certes, intimidante certainement. Elle n'avait pas peur. D'un oeil septique, je laissai glisser mes prunelles sur sa silhouette massive. Ses cheveux étaient extrêmement courts et drus, si bien qu'ils me faisaient penser aux poils de garous. Sauf que ceux ci étaient directement imperméables, à en voir par l'aspect gras qu'ils entretenaient. Sa face ronde et pourtant aiguisé près de ses pomettes avait quelque chose de familier. Ses yeux, par contre, eux, étaient étonnants. Bistre jusqu'au bout. On ne discernait même pas sa pupille. Je l'avais déjà vu quelque part. Ou du moins son sosie, je n'en sais rien. C'était d'autant plus déroutant qu'elle ne portait qu'un robe bain de soleil extrêment courte, laissant découvrir ses jambes grasses et pendantes de graisse. Etait-elle masochiste ?
J'aurais du savoir. Evidememnt que j'aurais du savoir ! Mais pourquoi a-t-il fallu attendre qu'un bourasque s'engouffrant par la fenêtre lui vienne en plein dos, pour que je reconnaisse sa senteur animale ? Puissante et écrasante. Une métamorphe. Et pas un chat à en croire son fûmet dominateur. Je me suis levée et me suis assise à côté d'elle, en faisant bien attention à cacher le minuscule tatouage à la base de ma machoîre, qui indiquait les entrelacs croisés de l'Autre-Côté et des Loup-Garous. Réaction purement inhumaine, un grognement imperceptible à une ouïe humaine s'est échappé de sa gorge. Nouveau sourire, plus pacifiste.

- Vous êtes quoi ?

Je l'avais prononcé très bas tout de même.
La grosse dame fait les yeux ronds.

-Je vous demande pardon ?!

J'ai horreur des mensonges. Si elle avait été dans ma meute, je lui aurais emputé une oreille.

- Oh arrêtez, vous sentez à plein nez ! Vous êtes quoi ? Chat, chien, singe, oiseau, renard ?

Les métamorphes peuvent prendre toute forme, mais en général ils en ont une qui leur ai cher.
Elle soupire en s'enfonçant dans son siège. Même vu ainsi, elle n'a vraiment pas l'air commode. Non, elle doit être quelque chose de plus gros, beaucoup plus gros.

- Ours. Des montagnes canadienne. Je viens de loin pour la Lutte, surtout avec toutes ses horreurs de l'Autre-Côté. Ils avaient besoin de moi pour éliminer je ne sais qu'elle bestiole... Un loup garou solitaire ou malade, j'sais plus... Et vous ? Vous me paraissez bien jeune pour prendre part au combat ! Êtes vous un grand prédateur ?

Un ours. Aïe. Bien plus dangereux que ce que je ne croyais. Même les garous évitent de chercher les ours. A deux pattes, ils font notre taille en utilisant leur agilité avec fort escient. Ces mastodontes ont des crocs redoubles en plus de cela. Et comme par hasard, dès ma première journée sur Terre, je tombe sur un Grizzly. Quelle chance ma parole. Au moins croyait-elle que j'étais de son côté, une métamorphe ou une hybride. Jouons le jeu.

-Oui, on peut dire cela. Je suis une louve. Vous savez que Meian est débordée, alors elle appelle tout ceux qui peuvent mettre la main à la patte. Je m'ennuyais donc cela ne me gêne pas plus que ça. Où allez vous d'ailleurs ?

Elle secoue la tête de désolement. "Pauvre enfant !". Mais bien sûr. En lui plantant une griffe dans le sternum, je serais tout aussi innocente.

- A la crique, il fait trop chaud. Je descend à Takada, puis je prendrais la forêt sous ma forme animale pour regagner la plage. C'est plus rapide que ces saloperies de bus ! Je suppose que vous faîtes le même trajet ? Eh bien allon y ensemble ! Nous pourrons faire la course ou chasser avant d'aller nous baigner. Ah, au fait, je m'appelle Gwendoline !


Quel langage grossier. Pourtant je me vois hocher gentimment la tête en ouvrant la bouche.
La tuer dans la forêt ne devrait pas poser trop de problème. Et puis comme ci j'allais la regarder faire bouillir ses bourelets dans l'eau. BEURK BEURK BEURK !

- Bien sûr, ce sera plus agréable de faire le trajet à deux. Moi c'est Anaëlle !

Le bus s'arrête dans un ultime cri de frein et annonce tranquillement :" Takada."
Gwendoline se lève en remuant ses jambes horriblement flasques. Je la voit descendre etla suit tranquillement derrière l'arrêt de bus, ou la forêt envahi déjà tout.
Ses tongs en plastique bon marché frappent le sol et ses mains au moment où elle les enlèves.
le bus redémarre, la route est déserte. Avec petit pas, nous nous enfonçons dans le bois, où je commence à me déshabiller.
Gwendoline me regarde étrangement. Ah oui c'est vrai, les métamorphes peuvent récupérer leur vêtements une fois leur forme humaine reprise... Bah, autant le lui dire.

- Je ne voudrais pas tâcher ma robe de votre sang, vous comprennez.

Rugissement. Evidememnt qu'elle comprend. Qu'elle fixe la marque à la base de mon cou.
Que sa respiration s'accélère pendant que sa peau se transforme en poil, ses cheveux s'écoulent sur son corps. Moi, je ne me presse pas. Ma robe et mes sous vêtements sont méticuleusement suspendu à une branche lorsque le loup se déchaîne. Ses/mes pattes prennent la place de mes membre, ses/mes griffes allongent mes mains devenuent inexistentes, et pire, l'ours me charge. Ils sont plus rapide que nous dans leur transformation. Pour un Grizzly s'en est-un ! Montée sur ses deux cousinets arrières, Gwendoline produit un son étrange. Un cri d'ours. Et moi ? Que puis-je y répondre ? Un aboiement de loup pardis ! Franchement, j'ai été déçu de l'issu du combat. Elle s'est jeté sur moi avec rage et je n'ai eu qu'a mécarter pour qu'elle tombe sur je ne sais quel objet destabilisant, lui faisant perdre la concentration. Une griffre dans le ventre et un chapelet de sang en sortant. Ses propres pattes tailladent mes flancs en sacrochant à mes côtes déjà bien haute pour elle. Et c'estt fini. Ennuyant. Je savais pourquoi... Parce que seul les elfes, les vampires et les véritables métamorphes ours (pas comme cette horreur de feignasse) arrivaient à nous égaler.
Les autres manquaient d'exercices ou leur taille ne se pretait pas à un combat. Bien souvent il fallait que l'on se penche pour plus d'un mètre afin de pouvoir les regarder dans les yeux. Soupir canin. Allongée pour atteindre le corps de Gwendoline, qui se vidait de son sang mais était toujours en vie, j'ai découpée de la chair en en avalant goulument. Divinement bon les carnivores ! Os imposants à craquer par contre... J'en avais partout. Une fois redevenue humaine, je serais bien belle, ma peau rouge à cause du liquide vital ! Je suis allée récupérée ma robe et le reste de mes affaires en les coincants dans ma gueule, et je suis partis au petit trot en direction de la crique. Je n'allais tout de même pas abandonnée ça ! Les petits mulots, cerfs et autres bêtes reculaient en poussant des gémissements. Je ne m'en occupais même pas, je filais. A trois reprise je du prendre un détour afin d'éviter la base de campeurs ou de petits humains scouts, mais c'est à peu près dans les temps que je suis arrivée sur la falaise. Là aussi discrètement que possible, j'ai encore changée d'enveloppe corporelle et je me suis habillée. Effectivement, c'était moche à voir. Le sang coulait sur mes bras, tapissait mes jambes et mes cheveux, ne préservant que ma robe d'un écarlate de la même teinte. Autre soupir. Pourtant j'ai descendu les rochers menant à la plage calmement. De toute façon il n'y avait jamais personne dans cet endroit. Les humains étaient trop fragiles pour y accéder.
La mer ! Elle étincelait en se fondant dans l'horizon, se mêlait au sable d'un blanc poudreux,et semblait s'étendre jusqu'a l'infini. Personne.
Alors je me suis avancée en plongeant les pieds dans l'eau, il fallait que je me lave et que la chaleur s'appaise. Mais ce que je n'avais pas vu en revanche, c'est l'humaine.

PLOUFFFFFFFFF!

Une humaine, misérable et trempée, ses longs cheveux blancs pendant le long de son fin visage, regagne la rive. J'ai l'air d'une meurtrière ainsi, non ? Tant mieux. J'ai encore faim.

Je suis derrière elle. Lentement d'abord, je ris méchamment.

- Quoi ? Les humains ne savent pas nager en fin de compte ?!

_.~°.~°.~°.~°.~°.~°~.°~.°~.°~.°~.°~._
Êtes-vous sûre que la bienveillance vaut le sang ?
Le bonheur pour autrui, un sadisme énervant ?
J'ai déjà trouvé la solution.
Hypocrisie.


Viens, habit toi de ton charme le plus ravageur
Et ose me défier.
Je te prouverai que l'on peut tuer en gardant sa dignité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Meian
Gardienne du Livre


Messages : 227
Date d'inscription : 24/07/2010
Age : 19
Localisation : En train de vagabonder entre deux mondes

Feuille de personnage
Race :: Métamorphe
Items:
Avertissement:
0/3  (0/3)

MessageSujet: Re: Petit tour trempé [Libre]   Sam 16 Oct - 4:45

Meian sortit de Hon'Rai sous sa forme normale, mais elle se dirigea vers une rue déserte.
Les gens lui jetait des regard bizarre, surement a cause de l'os que je tenais dans mes mains.
Cet os canin, dégageant une aura de puissance que seuls les loups-garous de hauts rangs sont capables de produire, surtout morts.

Après avoir quitté Nipalie Artémis et Ilhuin, la gardienne s'était dirigée vers sa bibliothèque.
Mais, un loup s'est jeté sur elle, ne sortant de nul part.
Mais grâce à son œil bleu, Meian se jeta en arrière en sentant l'ouverture du portail qui s'était créer pour laisser le loup-garou entrer et débarquer sur Terre.
Elle sauta en arrière, évitant un coup de griffe qui aurait dut lui être fatal, et se rattrapa au sol, sur ses quatre pattes, et jetant un aboiement de rage.
Deux affrontements d'affilé au lycée, pas bon.
Elle ne pourras effacer la mémoire de quelqu'un avant après demain.
Elle choisit alors le moyen le plus efficace, ouvrant un portail et se retrouvant dans l'Autre Côté.
Bien entendu, le loup-garou la suivit.
Mais Meian s'était mise un seul pas a côté de la ou elle était arrivé, mais le loup ne remarqua pas car l'odeur étai presque au même endroit.
Ce fut d'une simplicité déconcertante, malgré le rang que devait occuper le loup.
La gardienne se jeta, et lui coupa la jugulaire en le mordant au coup.
Il s'effondra, raide mort.
Alors, une chose très bizarre se produisit.
La peau du loup-garou s'effaça sur sa patte arrière, laissant un os dégageant une aura néfaste uniquement.
Pour plus de sécurité, Meian pris l'os, changea de monde et changea aussi de forme, après s'être nettoyer le sang qu'elle avait sur les babines et son torse...

Voilà qui expliquait les regards de ces gens.
Quand elle arriva enfin à la forêt, elle se transforma en loup, l'os entre ses crocs, et se mit a courir, en direction de la crique.
Car seule la mer peut protéger les humains de cet aura qui se dégage de cet os, et mieux valait que cela soit un lieu quasi-inaccessible pour eux.
Elle repéra alors une odeur toute fraiche, qui allait dans la même direction.

*Encore un loup-garou? Ces saletés! Mais cet odeur me dit quelque chose...*

Mais une odeur de sang de métamorphe l'empêcha de reconnaitre le loup-garou qui appartient l'odeur.
Tous les animaux étaient terrifiés, surement par le passage récent de la bête.
Elle arriva enfin a la crique, et faillit pousser un gémissement de surprise.
Anaëlle.
Que faisait-elle ici?!
Elle était recouverte de sang, qui glissaient sur ses bras et le tablau tenait du film d'horreur.
Le vent était avec Meian, soufflant vers la forêt, et Anaëlle ne remarqua pas la gardienne.
Par contre, impossible de manquer l'énorme de bruit que fit une humaine quand elle regagna la rive, après avoir été malmenée par les vagues.
Non, pas une humaine.
La nouvelle, la japonaise.
Anaëlle partit dans un rire méchant, et dit:

- Quoi ? Les humains ne savent pas nager en fin de compte ?!

Meian aperçut alors la lueur meurtrière de ses yeux, elle allait se jeter sur la fillette!


-Anaëlle, tu ne touches pas à un cheveux de cette fille, elle est sous ma protection, je t'ais déjà dit de ne pas toucher aux élèves de Hon'Rai.

Malgré son assurance, Meian ne se sentait pas bien du tout. Elle n'avait pas revut Anaëlle depuis qu'elle l'avait trahie, et elle éprouvait toujours de l'affection pour elle.
Mais elle veux toucher a une fille, qui plus est sous sa protection -comme tous les autres élèves de Hon'Rai-, et cela suffisait a la décider.
Elle poussa un grognement menaçant, et se plaça entre la fille et Anaëlle en signe de défense absolue.


-Au fait, j'ai un cadeau pour toi.

Et elle lui jeta l'os qu'elle avait entre les crocs depuis tout à l'heure.
Anaëlle semblait être calme, mais on ne sait jamais avec elle...
Meian reprit alors forme humaine.


_.~°.~°.~°.~°.~°.~°~.°~.°~.°~.°~.°~._



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lautrecote.forumsactifs.com
Gekkou satsubatsu
Loup-garou


Messages : 86
Date d'inscription : 29/08/2010

Feuille de personnage
Race :: Loup-garou
Items:
Avertissement:
0/3  (0/3)

MessageSujet: Re: Petit tour trempé [Libre]   Jeu 21 Oct - 22:38

Gekkou se leva avec difficultée, titubante elle se diriga vers Anaëlle. La peine et la rage se lisait dans ses teux.
Avant qu'elle puisse ajouter quelque chose elle remarqua les yeux de démon dde la jeune femme. C'est alors que Gekkou sentit une étrange odeur, ce qu'elle croyais être une teinture raté sur sa robe était du sang.
Gekkou trenmbla, puis quelque chose en elle trembla, non pas de peur, mais d'éxitation.

-Que...

Avant d'avoir pus ajouter ne serais-ce une parole, une jeune fille, la jeune fille était apparus. La jeune fille qui lui avait parler dans le lycée. L'humaine, saleté d'êtres humains! Destructeurs!
Gekkou se sentit si faible et lente, car elle ne pus exprimer le grognement de rage qui enflait dans sa gorge, que déjà Meian parla avec force, rage et une pointe de quelque chose que Gekkou ne dinstingua pas.

Gekkou ouvrit la bouche avant que quiconque ne puisse encore l'interompre :

-Je ne pas sous protection toi être !

Gekkou se déplaça en sorte que tout le monde soit en sorte qu'entre chaques personnes aie une distance équivalente. Elles formaient un triangle parfait.
Gekkou sentit l'air, en même temp avec le nez et la bouche, augmentant l'intensité des odeurs et leurs analyses.
Gekkou ne savais pas qu'elles étaient ces odeurs.
De nouveau, au plus profond d'elle quelque chose remua. Une des aura des jeunes filles lui semblait familière, trop familière.

-Qui? Quel aura vous avoir? Vous ne pas humain être. Vous encore plus destructeur être !

Gekkou recula, l'humaine en elle hurlait de courrir, mais son côté sombre se rebellait et demandait à partir d'ici, non pas de cette plage, mais de ce monde.

Gekkou titubas, ses jambes flagolantes sombrèrent sous elles, elle tombat sur le sable piquant.
Un coquillage tranchant lui entama la main.
L'odeur du sang piqua le nez à Gekkou qui finit par se laisser trembler comme une feuille morte.

Gekkou ne comprenait rien. Rien n'était normal. Elle avait toujours été différente et elle ne voulait pas que cela affecte sa vie. Elle voulait, elle éxigeais une vie normale, mais depuis qu'elle a déménager dans cette ville, tout à changer, tout était flou et sombre.

C'est alors qu'il se passa une chose étrange,...

_.~°.~°.~°.~°.~°.~°~.°~.°~.°~.°~.°~._
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Petit tour trempé [Libre]   Aujourd'hui à 16:56

Revenir en haut Aller en bas
 
Petit tour trempé [Libre]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» un petit tour au kenya
» Petit tour en train (Nouvel Orient Express)
» Bon, bah à mon tour... [RP LIBRE + QUETE]
» Quand ce n'est pas une métaphore [libre]
» Un petit tour à la volière [libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Autre Côté :: Bienvenue :: Archives-
Sauter vers: