L'Autre Côté
Hey Salut =)
Certaines catégories que tu voit ici ne sont pas accessibles pour un invité.
Tu peux poster dans Demandes et Suggestions alors n'hésite pas Wink .
Rejoins-nous vite !

Toute l'équipe administrative te souhaite de passer un bon moment !!!


L'apocalypse est présente, elle nous pèse et nous menace... Seuls les élus sauront ce qui se cache sous le nom de l'Autre Côté
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Pour réactiver vos comptes : Clique ICI

Partagez | 
 

 Loup - by A.P.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Elia Lipé
Possède 2Maudits
Possède 2Maudits


Messages : 219
Date d'inscription : 25/07/2010
Age : 22
Localisation : Dans l'ombre de vos cauchemards

Feuille de personnage
Race :: Elfe
Items:
Avertissement:
0/3  (0/3)

MessageSujet: Loup - by A.P.   Sam 26 Fév - 3:46

Citation :
© Alicia P. , 2010, tous droits réservés.


A mes deux amies,
La lune et le souhait.





Chapitre 1

Mes sens aux aguets, je sentais l’air de ma truffe humide. L’air gelé pénétrait mes poumons, me les tordants de douleurs. La bataille allait commencer, mes deux âmes traîtresses prendrons part au combat. Mais quel partit choisir ? Ce ne fut que la voie de la liberté et du sang qui s’était déroulé sous mes pattes. Mes coussinets brûlaient.
Une fine pluie arriva, annonçant l’orage arrivant après tant de jours de sécheresse. Mes muscles vibraient sous mon pelage blanc. Il était là, tout près je le sens !
Une ombre sortit d’un des buissons qui couvraient mon dos. Sur cette montagne, j’avais une vue de toute les terres qui avaient auparavant appartenus aux dieux, souillé par les démons en ce moment même, et mon future domaine. Les maisons humaines et leurs champs couvraient ma droite jusqu’à l’horizon.
L’ombre noire se posta à mes côtés.
-Fut un temps où tu ne rêvait pas de territoires, et surtout pas un sacré comme celui-ci, Nira. Veux-tu abandonner ta partie humaine pour un territoire aussi stupide ?
Un silence accueillis ma réponse. Oui, je voulais ce territoire.
Une pensée.
Un soupir.
-J’avait rêvé des terres célestes et des enfers incandescents, mais je n’ai pus choisir, ayant donné une part au mal et une autre au bien, je ne peux que prendre leur terrain neutre.
Mon maître soupira longuement.
L’odeur du sang entra dans nos narines.
-Je me battrai en louve, et gagnerai en louve, les anges et les sbires du diable peuvent venir, je n’ai pas peur d’eux !
Le pelage noir du maître se dressa devant moi.
-N’as-tu donc pensé à ta fille ? Ta mère à fait la même erreur avant toi ! Ne répète pas la prophétie je t’en prie ! Le carnage à assez duré.
Mon mouvement fut si fluide que le loup noir qui faisait deux mètres et demis ne vit rien arriver. Je venais d’arracher son oreille lorsqu’il voulu m’attraper la jugulaire. Peine perdue, l’élève avait dépassé le maître.
Le vent soufflait contre notre pelage.
-Pas de bataille chez mes enfants, ni chez mes maîtres. Le temps pour toi s’achève ma fille.
Je hérissais mon poil tandis que mon maître se calmait, laissant le sang couler sur son pelage noir.
Crachant son oreille je me mis à gronder :
-Je t’es dépassé Satan, deuxième légende des loups garous, bête des Vosges. Je suis libre, et le vent ne me dictera plus ma conduite !
Le vent souffla et fit envoler mon pelage, les poils longs qui couvrait mon œil droit passèrent à gauche, créant une faille dans ma vision.

Je n’avais pas dépassé mon maître, loin de là. Mon sang se glaçait, en avais-je encore en moi ? Cette marre qui me recouvre est visqueuse. Pendant la bataille je me souviens…

Je m’étais élancé de la montagne, atteignant la bataille qui sévissait dans son ombre. Mon maître m’avait à moitié égorgé, mais j’avais encore assez de force pour vaincre mes deux ennemis jurés, Angel, un loup plus blanc que moi et ces yeux bleus, l’alpha de la meute de la lune. Et l’alpha de la meute de la nuit dont j’ignorai le nom, mais je le trouverais.
Je repérais assez facilement Angel, son odeur était encrée en moi. Quand il me vit, c’est l’amour qui se reflétait dans ces yeux.
-Nira, aide Eliot, il est débordé par les démons.
Il se défit d’un de ces assaillants. C’est alors qu’il vit l’herbe mourir sous mes coussinets, mes yeux rouges n’étaient que deux brasiers.
-Nira non ! Tu a le choix ! Tu peux éviter tout ça !
-Mais mon cher, j’ai pris ma décision.
Trop facile.
Etant bouleversé par les révélations, je n’eu qu’à lui sauter à la gorge, les démons me laissèrent faire. Aucun loup garou ne s’opposait à moi. Quand une louve damnée mange son adversaire, on ne l’arrête pour rien au monde. Gobant ses yeux, je sentis une nouvelle force se déverser en moi. J’entrepris d’arracher sa chair, briser ces os sous ma mâchoire d’acier. Je sentis des ailes pousser dans mon dos.
C’est alors que je sentis mon maître derrière moi, et une aura si maléfique qu’elle ne pouvait appartenir qu’à…
-Tu étais donc l’alpha de la meute de la nuit, combien de temps comptais-tu me le cacher ? Sifflais-je.
Je n’eu pas le temps de prendre appuis sur mes pattes, qu’une lumière envahis la bouche mon ancien maître. Je n’avais vu qu’une fois cette attaque, je n’avais aucune chance. Quand un loup prend son âme et donne sa vie dans cette attaque, personne ne peux y échapper. La boule devint si grande que je ne doutais pas une seconde, Satan y mettait toute sa vie.
Mourir immobile ou en légende ?
Déployant mes ailes, je m’envolai. Un piqué.
Ce ne fut qu’un fabuleux geyser de lumière.

Je n’avais pas dépassé mon maître, loin de là. Mon sang se glaçait, en avais-je encore en moi ? Cette marre qui me recouvre est visqueuse. Je ne la supporte plus. Avant de mourir, il avait dévoré mes ailes. Meutes de la nuit et de la lune étaient partit. Il n’y avait eu qu’un seul perdant, Moi.
Le vent soufflait dans mes oreilles, je n’entendais plus ses douces paroles. Seulement sont chant de mort. La mort d’un loup garous.
Je n’avais plus qu’un choix à faire. Mourir en humaine ou en louve.
En un sourire, je mourus en humaine. Le corps nu, massacré, une larme de sang décorant mon visage.
Les enfers de mes yeux s’éteignirent. Je mourus dans le silence de la mort.
Un loup noir veillait à mes côtés.
-Quand la fille de la mère entendra la voix de la lune, le maître mort lui offrira une partie de la vérité. Un alpha se fera remplacer par un démon et transformera l’amitié en lien confus. Le gardien offrira la vie en échange de la sienne. Découvrant les deux clans, le choix apparaîtra, et la fille de la fille tiendra la finalité de la rivalité. La prophétie est sans fin. Mon père t’a tué, à moi de tuer ta fille.
Le jeune loup se leva et emporta un humain à qui il manquait une oreille vers les montagnes, loin du carnage et de la trahison.




Chapitre 2

-Hey, cours moins vite ! Je ne suis qu’un humain !
La pluie brouillait mon odorat et un peu ma vue, mais j’avançais avec fougue pendant que mon cher ami se trainait à plusieurs mètres derrières moi.
-Et si tu me portais sur ton dos ? Bien sur, il faudrait que tu te transforme et…
-Sa suffit ! m’exaspérais-je, tu sais très bien que les loups ne portent pas les personnes sur leurs dos, encore moins des loups garous.
Je m’appelle Naëline, et je suis une louve garou. Et ce trainard c’est Eric, mon ami.
Le vent soufflait si fort que sa courte chevelure noire était toute emmêlée, ses yeux noisette pleurants à cause du vent glacial. Sa voix était cassée par les hurlements des bourrasques.
-C’est pas drôle Naëline ! Lorsque tu es en louve tu mesure plus de deux mètres, et tu ne pourrais pas me porter ?
Il savait que ce n’était qu’une question d’honneur et de fierté et non de races. Les humains ont eu du mal à nous accepter, mais lorsque nous nous sommes dévoilés, étant une grosse partie de la population, les hommes politiques qui en étaient également infesté n’eurent que le choix d’accepter.
Le lycée était juste devant, je l’annonçais à Eric qui se plaignait de ne rien voir et geindre pour avoir buté sur une poubelle en plastique.
-Arrête où je te bouffe Eric.
Mes cheveux marrons me couvraient la figure. Je n’aimais guère ce temps de… chien.
-Ton sens de l’humour n’a pas évolué très chère.
L’odeur du sang canin remplissait mes narines. Chez nous les loups garous, le combat est quelque chose d’inévitable, on ne fait pas sa pour le territoire même si cela joue, mais surtout pour le plaisir. Combattre nous offre une excitation sadique et incontrôlable. Comme dans les livres, le combat est notre loisir, et quand nous goûtons au sang de l’adversaire, nous sommes pris de frénésie. Le combat et le sang sont notre drogue.
-Eric, reste ici, des loups commencent à trop sortir du terrain, ils peuvent faire des blessés…
Eric s’affola, il avait raison de s’inquiéter, des loups garous qui se battent, c’est comme deux ouragans, rien n’y résistent. Chaque loup fait entre deux mètre et deux mètres et demis pour les plus grands. Imaginer toute cette masse de muscle déchainé et ivre de sang… imaginez une seconde, et multiplier ce résulta par cent, vous y êtes presque.
-Je t’attends ici Naëline…
-Ne crains rien l’ami, je suis une dure à cuire moi !
Je m’élançais vers le terrain. On avait du prendre toute une forêt entière pour construire notre endroit. Nous sommes dangereux, bien que la lune n’ait aucun effet sur nous et que le sang n’est pas le principal appel, il nous arrive d’avoir une faim de loup. Une partie de la forêt fut gardée et est remplie de gibier. Le principal atout est que cet emplacement appartient au lycée et ces élèves « spéciaux ». Nous pouvons combattre ici pour éviter de se retrouver à écraser et déchiqueter des innocents.
-Vous deux là-bas ! Arrêtez tout de suite ! M’écriais-je en apercevant deux formes à moitiés engagé dans un combat.
Evidemment ils étaient trop concentrés sur leurs affaires et la pluie était trop forte, prévenir n’était d’aucune utilité. En une fraction de seconde mon corps était devenu celui d’une louve au pelage beige. J’adorais cette sensation de puissance, sentir mes muscles onduler sous mon pelage, mes crocs se dévoiler.
Les oreilles pointés en avant, les babines retroussées, je sentais l’herbe caresser mes coussinets et tenter de s’introduire entre mes griffes acérés.
La pluie coulait sur mon pelage clair. Je ne sentais pas très bien l’odeur des deux adversaires, il fallait que je les empêche de se battre ici. En quelques coups ils auront atteint les bâtiments du lycée.
Bandant mes muscles je sautais, un saut de dix mètres, attrapant au passage la nuque du loup le plus proche. C’était un jeune rouquin, à sa taille il devait avoir quinze ans. Il couina, mais aucune lueur de bestialité dans son regard.
-Toi le noir n’approche pas, vous me devez des explications ! Toi le rouquin explique !
-Je… Il… C’est mon mentor… Il m’entraine… Je n’aime pas me battre…
Le mentor, l’éducateur du rouquin fit un pas en avant.
-Désolé louve, je connais les limites et ce poltron n’a sus que reculer. Tu a sentit l’odeur du sang ? Je l’ai blessé, mais pas grièvement, maintenant laisse-nous.
Sur un grognement je me tournais vers le jeune, son odeur me rappelait quelqu’un. Discrètement je lui léchai le poil.
-Allez-y doucement quand même. Avez-vous songé à changer d’apprentis ? Si celui-ci ne vous conviens pas ?
- Occupe-toi de tes affaires louve. Grogna le noir.
Je ne l’avais pas écouté, où alors qu’à moitié. Bouillante de colère je rejoignis Eric. Il n’avait pas peur de ma forme de louve et trouvait sa plutôt impressionnant.
Je continuais donc en direction du lycée. La cloche sonna, tant pis. Une seconde plus tard me revoilà redevenue humaine, petite chose fragile et sans défense, ou presque.


J’ouvris la porte de mon casier en vitesse, je ne devais en aucun cas arriver en retard au cours de Mme June October. Elle ressemblait plutôt à un ouragan sur la mer, mais je ne me risquerais pas à lui faire cette remarque.
Attrapant mon livre d’histoire loup/humain je refermais à la volé le casier qui faillis se casser, mais seul un grincement et un bruit suraigus me scia les tympans.

-En retard Mademoiselle Na-ë-line. Pouvez-vous me dire pourquoi ?
-Combat de loups garous dans la zone orange madame, je…
-Rien à faire, assez de blabla, asseyez-vous !
Je vis qu’Eric était installé aux côté de Leïla, une fille qu’il aimait plus que bien. Il ne restait que…
-Bougez-vous bon sang, le nouveau ne va pas vous mordre, à moi qu’il ne soit cannibale !
Un beau garçon aux cheveux de cuivres, aux yeux d’un rouge flamboyant était assis à côté de la seule place libre. Un tatouage unique tellement il était compliqué, un phœnix lui habillait le cou. Seul un membre unique de la ligné du phœnix pouvait porter ce tatouage.
-Phoenix…
-Oui ?
Il me sourit d’un sourire éclatant. Il était habillé un peu comme un garçon cool de nos jours, un peu délinquant, un peu classe. Un Blue jeans, une chemise blanche légèrement déboutonné et une veste de cuir sur le dossier de sa chaise.
Je m’assis avant de recevoir une des craie-missile de Mme June October.
Je plaçais mes longs cheveux marron de sorte à ce que je puisse l’observer sans qu’il ne le remarque.
Tout comme moi il avait la peau bien bronzée. Sur sa nuque la cicatrice d’une morsure de loup, s’il l’avait gardé en forme humaine, car Phœnix, tel est son nom, est un loup garou, c’est que c’est une sacrée morsure. Il a surement du braver la mort maintes fois.
Penchant légèrement ma tête je murmurais si bas que seul lui pouvait entendre :
-tu es donc l’héritier du grand Phœnix ?
-Le loup garou qui renait de ces cendres éternellement ? Oui, malheureusement.
Malheureusement ? Qu’est ce que je donnerais pour avoir un tel pouvoir. Il avait des millions d’années et pourtant, à chaque mort il s’enflamme, de ces cendre il renaît, avec quelques souvenir, des fragments, mais pas assez pour vivre la même vie deux fois. Chaque renaissance est une nouvelle existence.
Le cours se déroula comme d’habitude. A une exception près, le nouvel élève était trop mystérieux à mon goût, et je me mis en quête de découvrir tout ses secrets…





Chapitre 3

Après avoir eu à la suite les cours de langues et assisté au cours « réagir devant un loup garou » pour assister le professeur et intervenir quand il faut plus de détails ou rectifier certaines erreurs insultantes à mon espèce, je m’arrêtais au casier échanger mes affaires. C’est alors que je sentis une odeur familière titiller mes narines, l’odeur du rouquin, sauf que cette fois ci, c’était un jeune homme roux à la veste noire et au jeans bleu marine. Il avait une cicatrice à la joue.
Chez les loups, le sang a de nombreuses vertus : abreuver, nourrir, soigner et activer la reconstruction cellulaire qui, en premier lieu fait en sorte que le corps de l’humain n’a aucun dommage. Si par hasard un loup, qui n’aime pas se battre, n’aurait pas assez de sang frais, autre que le siens, pour assurer ce don, ou malédiction, ne pourras se régénérer normalement et son corps lupin ne fera pas la différence avec celui du corps humain. Apparemment ce jeune rouquin avait ce problème. Ou alors,… c’était un ancien humain, cela arrive mais c’est rare, et interdit.

Eric m’attendais, la pluie ne s’était pas arrêté mais était plus fine, moins forte et tombait en plus petite quantité.
Il semblait songeur. Je m’approchais de lui avec une grâce féline, bien que je sois plutôt une race canine à vrai dire. Il m’avait vu arriver, mais il sursauta quand ma voix s’éleva :
-Tu connais la légende sur le loup garou qui renait de ses cendres ?
Bien qu’il était trempé je suis sure que les tremblements ne venaient pas du froid.
-Celle du renaîsseur de cendre ? Oui, c’est assez écœurant je trouve. Pourquoi ? dit-il sur ses gardes.
-Comme ça…
Comme il n’était pas convaincu je continuais en soupirant :
-Il est dans ma classe.
Il eu un hoquet de surprise, puis une grimace de dégout pour finir sur une note étonnée.
-Il… il est dans le lycée ? Qu’est ce qu’il peut faire ici ?
-ça, je n’en ai aucune idée… mais je compte bien le savoir. En temps normal il devrait être à mener une meute avec ce qu’il a vécus.
-Sauf, marmonna Eric, qu’aucun loup ne peut avoir sa meute sans avoir eu le rituel de la lune. Il a quel âge ? D’après ce que j’ai lus sa dernière mort remonte à 249ans, donc même si il n’est pas mort entre temps, il n’a pas l’âge pour avoir sa meute.
-A une année près, ajoutais-je.
-Comme toi, murmura Eric.

On approchait de chez moi. Souvent on continuait jusqu’à chez lui, il avait plus besoin que moi que quelqu’un le raccompagne chez lui. Bien que les loups garous soient pacifiques, des humains et des loups rebelles existent encore et parcourent nos rues.
Alors que j’étais plongée dans mes pensées, Eric de sa main effleura la mienne. Cela me fit hérisser les courts cheveux de ma nuque. Ses joues étaient en feu. A ses yeux fuyant j’ai conclu que c’était une erreur, mais quand ses yeux croisèrent les miens, je n’y ai vu qu’une amitié intense, trop intense.
En un soupir je m’éclipsai dans l’ombre de la rue. Il resta un instant muet, puis murmura pour lui même :
-Désolé.
Puis il rentra chez lui. Plus loin, une masse beige avançais sous le voile des ténèbres.
Je ne voulais pas rentrer chez moi, pas maintenant. C’est alors qu’un long chant envahi le ciel nocturne.
Le chant du loup, si harmonieux, une si douce mélodie. Ne pouvant ne pas réagir à cet appel, je posais mon arrière train, allongeais l’encolure, puis ce fut la même mélodie qui fit vibrer mes cordes vocales.

_.~°.~°.~°.~°.~°.~°~.°~.°~.°~.°~.°~._



Dernière édition par Elia Lipé le Sam 26 Fév - 3:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elia Lipé
Possède 2Maudits
Possède 2Maudits


Messages : 219
Date d'inscription : 25/07/2010
Age : 22
Localisation : Dans l'ombre de vos cauchemards

Feuille de personnage
Race :: Elfe
Items:
Avertissement:
0/3  (0/3)

MessageSujet: Re: Loup - by A.P.   Sam 26 Fév - 3:47

Chapitre 4


Ce fut une matinée ensoleillée qui me réveilla. Une odeur familière me ramena directement à la réalité. Un plateau où se trouvait un thé à la pêche, un petit pain au chocolat et une lettre, trônais sur ma petite table de nuit.
Ma mère avait l’habitude de me le déposer avant de partir. J’engloutis mon petit pain et, prête à m’étouffer je bus mon thé d’une traite. Je sentis le long liquide chaud descendre le long de mon corps et offrant une agréable chaleur. J’aimais le goût doux et sucré du thé qui valait plus qu’un chocolat pâteux et trop lourd. Enfin, c’était mon avis.
Ce qui m’intrigua, c’était la lettre. Une odeur autre que celle de ma mère en était imprégnée. Je connaissais cette odeur et un sentiment de colère et de devoir m’envahi.
Mon maître aimait les techniques d’apprentissages dures. Je n’appréciais pas évidemment, mais j’apprenais plus et plus vite que les autres loups. Je lui étais reconnaissante aussi. Il était comme une seconde famille pour moi.
Je l’ouvris délicatement, mes doigts tremblaient légèrement. Rarement fut les fois où il m’envoyait une lettre, sauf dans de cas urgent ou très important, et étant donner que le rituel de la lune allait m’être offert bientôt, je suppose que cela allait avoir un rapport direct avec.
Heureusement aucun cours n’avait lieu aujourd’hui.

_.~°.~°.~°.~°.~°.~°~.°~.°~.°~.°~.°~._

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Loup - by A.P.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Quête]La prière du vieux loup 1
» Un simple POEME qui dit tant de notre SORT :Le loup et le chien
» On ne change pas un loup solitaire...[Lorelai & Linfa]
» Le loup de la gloire[PV la reine^^]
» ♪ Promenons-nous dans les bois tant que le loup n'y est pas ♫ [PV Tar Etts]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Autre Côté :: Hors-RPG :: Loisirs et autres :: Ecritures-
Sauter vers: